News / Events

 

New album / nouvel album
Le jeu des miroirs de Kali de Félix-Antoine Morin

Limited Edition (200 CD copies)

[KOHL038]

Composé entre 2013 et 2017 à partir d’enregistrements faits en Inde du nord en 2013
Mastering : Stéphane Claude (OBORO)

En version digitale ou CD (édition limitées 200 copies) ici:
http://kohlenstoff.ca/album/le-jeu-des-mirroirs-de-kali

“ … the way Morin created his composition is something of a delight. There is a great flow between the three elements, slowly shifting back and forth between one or the other, an effective use of volume control is in place and via quick editing the sound can change radically in a split second, bringing out an excellent abstract narrative. Record of the week, should we do that sort of thing. “
Frans de Waard, Vital Weekly, February 13th 2018
http://www.vitalweekly.net/1119.html

“ Le jeu des miroirs de Kali est sans contredit l’album le plus particulier que nous avons traité jusqu’à présent sur le site, il se positionne à mi-chemin entre la bande sonore et l’expérimentation auditive. Préparez-vous pour un périple musical extrêmement imagé qui saura jongler avec votre perception des sons et des cultures.”
William Paulhus, Mes enceintes font défaut, 19 Février 2018
http://www.mesenceintesfontdefaut.com/2018/02/19/sl019-felix-antoine-morin-le-jeu-des-miroirs-de-kali/

“… Au final, « Le jeu des miroirs de Kali » est un album audacieux, mature et réussi. Si le compositeur Félix-Antoine Morin n’avait qu’un seul opus à composer de sa vie, il peut à présent dormir en paix.”
Pierre-Luc Senécal, Journal VOIR, 22 mars 2018
https://voir.ca/pierre-luc-senecal/2018/03/22/felix-antoine-morin-une-perle-rare/

“… On s’immerge complètement dans le décor sonore du compositeur, évocatrices scènes liées entre elles par d’harmonieuses nappes de claviers…”
Philippe Renaud, Le Devoir, 26 février 2018
http://www.ledevoir.com/culture/musique/521272/le-pont-d-art-sonore-du-collectif-kohlenstoff

“… Indeed there is a strong narrative thread throughout, with quite strong contrasts in timbre and tone, along with symphonic crescendoes of emotional grandeur. (…) the work is very well crafted and there’s no doubting the sincerity of the composer’s intent. Unlike his more abstract electroacoustic brethren, Morin isn’t just interested in transforming sounds for their own sake, and clearly aims to reveal truths and shared experiences in his work…”
The Sound Projector, 27th February 2018
http://www.thesoundprojector.com/2018/10/06/sacred-liquid/

“ Pour continuer le voyage dans les bas-reliefs d’un paysage sonore, un monde en soi, un voyage auditif en poussières texturées, temples explosés en un nuage binaire, chiens disparaissant en écho derrière leurs hurlements, bactérie mangeuse de réel en arrière des rickshaws qui s’éloignent, chants venus de dieu et qui y retournent après des loops dans une cage thoracique, une gorge et une envolée, voici une oeuvre forte de Félix-Antoine Morin.  Il avait fait jouer ses « fields recording » dans un restaurant indien de Montréal, fallait y être.  Divers sons puisés en Inde que voici organisés en une fresque épique, car il a l’âme sublime.  Jette un flou dans tes cartographies par l’élan sublime d’une audiofaction…  Fais le silence autour, allonge-toi, détend-toi, PLAY, pars en voyage.” Maelstrom Maom, écrivain, Montréal 2018

Félix-Antoine Morin - Le jeu des miroirs de Kali - INDIA 2013

 

Entrevue de Martin Bédard avec Félix-Antoine Morin pour l’album « Le jeu des miroirs de Kali » 

 

______________ (English will follow)

Il y a le feu de crémation. Je regarde les chiens se battre pour un bout de bras ou de jambe. Juste en avant les pèlerins avancent par centaines sur les ghâts pour plonger dans cette eau opaque. J’avance avec les autres dans ce liquide sacré du Gange et mes pieds glissent sur la pierre visqueuse. J’essaie de ne pas perdre l’équilibre d’un bras, de l’autre je tiens un micro qui enregistre la prière des dévots. Certains ont fait le voyage depuis le sud pour se rendre jusqu’ici. Souvent à pied et comme clandestins dans des trains, avec comme seul bagage un vieux chiffon. Leur dévotion est totale. Partout des haut-parleurs donnent des ordres. Un mendiant fou mange son dahl sur le plancher au milieu d’un temple. Il parle tout seul et je l’enregistre discrètement. Je ne comprends rien à ce qu’il me dit, mais j’adore sa voix basse et granuleuse. L’autre nuit je me suis perdu dans les petites rues sans lumières de Benares. Je m’assois ici, juste à côté de cette silhouette qui dort sur le bord. Elle me protège des meutes de chiens errants qui se disputent les territoires. La nuit appartient aux chiens. Chaque jour je fais des rêves très marquants. Cette ville me fait halluciner. 

Le jeu des miroirs de Kali by Félix-Antoine Morin

______________ English //

There is the cremation fire. I watch the dogs fighting among themselves for a piece of arm or leg. Just in front, the pilgrims advance by hundreds on the ghats to dive into this opaque water. I advance with the others in the Ganga’s sacred liquid and my feet slide on the slimy stone. I try not to lose my balance with one arm, while the other holds a microphone to record the prayer of the devotees. Some of them have travelled from the south to get here. Often on foot and as stowaways on trains, with their only baggage being an old rag. Their devotion is total. Everywhere loud speakers give orders. A crazy beggar eats his dahl on the floor in the middle of the temple. He talks to himself and I discreetly record him. I don’t understand anything that he says to me, but I love his low and grainy voice. The other night I got lost in the small unlit streets of Benares. I sit here, next to this silhouette sleeping on the side. It protects me from the packs of stray dogs who fight for their territories. The night belongs to the dogs. Every day, I have very striking dreams. This city makes me hallucinate.

 

Composé entre 2013 et 2017
Mastering : Stéphane Claude (OBORO)

ORDER / Listen here:
http://kohlenstoff.ca/album/le-jeu-des-mirroirs-de-kali


Recording Varanasi, India, 2013

 

 

 

 

 

 

______________________________________________

Donovan Burtan‘s Best Albums 2016 Cult MTL :

# 3. Ida Toninato, “Strangeness Is Gratitude” !!!

[KOHL 028]

“Strangeness is gratitude” est le titre d’un album en forme de quête, de recherche et de rencontres. Projet démarré au Gesù – centre de créativité, grâce à une résidence exploratoire dans cette église à l’acoustique unique et généreuse, il s’est poursuivi dans divers endroits réverbérants. Notamment : un immeuble dont on ne dira rien, hormis le fait que ses portes furent ouvertes et que la nuit, entre un plancher et un plafond de béton, son intérieur énorme et sa réverbération de dix secondes se sont offerts en une majestueuse rencontre.

“Strangeness is gratitude” est dédié aux étoiles de ma route et à tous les musiciens qui ont partagé cette aventure. Un énorme merci à Jocelyne Bilodeau, Nathalie Courchesnes et la fantastique équipe du Gesù – Centre de créativité, à Mathieu Bélanger, Ana Dall’Ara Majek, Iván Solano, Myriam Boucher, Pierre-Luc Lecours, Rober Racine, Pierre-Luc Sénécal, Luc Delorme, Jean-François Blouin. Merci à François-Xavier Féron et Rudolf Weber.

—–

“Strangeness is gratitude” is the title of an album shaped around quest, research and sonic wandering. Started at the Gesù – Center for creativity, thanks to a residency in this church in Montreal gifted with a unique and generous acoustic, it got expanded at various reverberant spaces. Notably, a buildind which we won’t say more than its open doors and that at night, its concrete floor and ceiling and its ten seconds reverberation shaked and sang in a majestic encounter.

“Strangeness is gratitude” is dedicated to the stars along my road and to all of the musicians who shared this adventure. A very big thank you to Jocelyne Bilodeau, Nathalie Courchesnes and the wonder team of the Gesù – Center for creativity, to Mathieu Bélanger, Ana Dall’Ara Majek, Iván Solano, Myriam Boucher, Pierre-Luc Lecours, Rober Racine, Pierre-Luc Sénécal, Luc Delorme, Jean-François Blouin. To François-Xavier Féron and Rudolf Weber.

credits

released April 15, 2016

Pistes 1, 3, 4, 5 & 7
Saxophone baryton et composition : Ida Toninato

Pistes 2 & 6
Saxophone baryton : Ida Toninato
Composition : Iván Solano

Mixage et conseil artistique : Ana Dall’Ara Majek
Enregistré en espaces réverbérants et mixé dans divers studios

______________________________________________

from here to there in one straight line

by Adam Basanta [KOHL035]

True to its title, from here to there in one straight line explores the extended development of a single musical trajectory. Combining elements of drone and noise music alongside persistent ecstatic rhythms, the tension between linear and cyclical musical vocabularies results in a form which is comprehended on a global scale and absorbing in its micro-variations.

How long is too long, how little is too little; what is the most minuscule divergence which can be perceived as change? Both an exercise in patience and vehicle for entrancement, from here to there in one straight line propels forward while remaining in one place. To be listened in a foggy state with eyes closed – after a glass of red wine or other delights – at the threshold between waking and sleep.